The Herméneutique reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Herméneutique

Learn about the lives of children in Africa

L'Herméneutique (du grec hermeneutikè, art d'interpréter et du nom du dieu grec Hermès, nom du messager des dieux et interprète de leurs ordres) est l'interprétation de tout texte nécessitant une explication, notamment dans la critique littéraire ou historique et dans le droit.

On parle d'herméneutique pour l'interprétation des textes, en général, anciens, en particulier, voire de toute œuvre que son herméneutique, dans le cas de l'Art Contemporain par exemple, est parfois appelée à recouvrir.

Celle des Ecritures Saintes qu'il s'agisse de Bible ou de Coran est un sujet qui demeure délicat. On désigne aussi par herméneutique la réflexion philosophique interprétative sur les symboles religieux et les mythes.

La méthodologie du dévolement ou de la restitution d'un texte se pose 2 questions :

le statut du texte et la notion d’inspiration dans l'Antiquité

D
Homère à Platon (Ion et Phèdre), le poète, voire l’homme politique (cf.Platon, Ménon) est inspiré par les dieux (enthousiasme = possession par le dieu, Socrate parle de son daemon qui n'a rien d'un démon mais dont le sens est à raprocher de l'ange gardien de certaines croyances chrétiennes, la muse) ; il n’est d’ailleurs plus maître de lui lorsqu’il compose (cf. Ion : jeu de mots en grec entre « être inspiré » et « être possédé, appartenir à la divinité »). Il en est de même du prophète de l'Antiquité, e.g. la Sybille de Cumes qui est possédée par le dieu dès qu'elle est sur son trépied. La définition du prophète dans la Bible (celui qui parle devant le peuple, qui interprète pour les autres la parole qu’il a reçue de Dieu qui est bien différent du devin qui prédit l'avenir). C’est pour cette raison que Platon refuse le statut d’art (teknè : activité humaine) à la poésie. Après ce détour par le grec, on rencontre la même conception dans l’univers sémitique, notamment chez Philon d’Alexandrie, juif, célèbre commentateur de la Torah : l’écriture ne saurait être douteuse : elle est l’expression d’un « logos sacré ».
Car le prophète ne publie absolument rien de son cru, mais il est l’interprète (herméneus) d’un autre personnage, qui lui souffle toutes les paroles qu’il articule au moment même où l’inspiration (enthousia) le saisit et où il perd la conscience de lui-même, du fait que [...] l’Esprit divin visite et habite la citadelle de l’âme et qu’il fait retentir et résonner de l’intérieur toute l’instrumentation vocale pour manifester clairement ce qu’il prédit (De specialibus legibus, IV, 49).
Cela arrive à la race prophétique: l’intellect (le nous), en nous, est chassé au moment où arrive le souffle divin; car il n’est pas permis que le mortel cohabite avec l’immortel. C’est la raison pour laquelle le coucher du raisonnement [...] engendre l’extase et le délire venu de Dieu (Quis rerum divinarum heres sit, 225).
Pour Philon, la vertu de l’inspiration est également le lot des traducteurs de la Bible dite des Septante, lesquels, affirme-t-il, prophétisèrent comme si Dieu avait pris possession de leur esprit [...] chacun sous la dictée d’un invisible souffleur (De vita Mosis II, 37). Et l'auteur d’aller plus loin, déclarant que l’interprète véritable des Écritures, c’est-à-dire le commentateur allégorique, lui-même en l’occurrence, est également inspiré tout comme les prophètes, dont le modèle est Moïse, à la lignée desquels il appartient. Ce concept d'inspiration s'étend aux commentateurs comme aux traducteurs (cf. Septante, comme l'exprime le mythe des 70 ou 72 traducteurs enfermés dans la solitude de leur cellule et rendant leur copie identique au bout de 70 jours). On comprend, dans ce contexte, l'interdiction d'écrire la Loi orale qui prévaut jusqu'à la fin duIer siècle car l'interprétation figée par l'écrit ne peut plus être donnée pour prophétie, fruit de l'inspiration.