The Homosexualité reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Homosexualité

Videos show Africa through the eyes of children

Selon les définitions, l'homosexualité est le fait d'avoir :

1) des comportements sexuels avec des personnes du même sexe (perspective comportementaliste ou empirique)

ou
2) une orientation sexuelle pour des personnes du même sexe (perspective idéologique).

Table of contents
1 appelations
2 relations avec la religion
3 psy...
4 banalisation
5 discriminations
6 Articles connexes

appelations

L'homosexualité peut être nommée (rarement) pour les hommes, de manière désuète, uranisme, ou rarement pédérastie (orientée vers les mineurs), et celle des femmes, encore aujourd'hui, lesbianisme (ou saphisme).

Une personne de cette orientation/pratique sexuelle est appelée un homosexuel ou une homosexuelle. Dans le langage courant, les homosexuels se nomment également gays (ou gais, orthographe standard au Canada) et les homosexuelles, lesbiennes.

relations avec la religion

Beaucoup de groupes religieux estiment que l'homosexualité est un péché. Certains groupes (notamment religieux, et certaines associations de psychologues comme le N.A.R.T.H.) assimilent l'homosexualité à la pédérastie. L'homosexualité a ainsi longtemps été interdite et sévèrement punie dans de nombreux pays, soit en raison de l'orientation sexuelle elle-même, soit pour les pratiques qui peuvent en découler (pénétration anale, pénétration orale ou masturbation) sans qu'elles soient nécessairement propres aux homosexuels. Certains pensent que seul le passage à l'acte serait un péché alors que la tentation homosexuelle en elle-même ne le serait pas. Les plus radicaux voient dans l'homosexualité un vice dangereux pour la société et s'opposent fermement à sa banalisation comme une forme normale de sexualité.

psy...

Selon Freud, l'homosexualité était un trouble, une déficience : la perversion du modèle de maturation psychique qu’est l’Œdipe. Contrairement à la croyance répandue, le retrait de l'homosexualité du registre des maladies mentales (DSM-IV aux États-Unis) ne résulte pas de la recherche scientifique mais des pressions politiques des milieux homosexuels, ce qui est somme toute normal : il n'est pas possible de donner une définition scientifique de l'homosexualité (aucun gène de l'homosexualité par exemple, n'a été décelé non plus qu'aucune autre raison objective). De fait, l'homosexualité ne peut être appréhendée sous cet angle. La question fut tranchée par un vote de l'Association des Psychiatres Américains qui eut lieu en 1973, et l'homosexualité fut déclarée normale par 5816 voix pour, 3817 contre et 367 abstentions. Dans l'histoire des sciences sociales américaines, ce fut la première occasion au cours de laquelle un diagnostic a été altéré par voie politique plutôt que par recherche scientifique.

banalisation

Au contraire, dans plusieurs pays, l'homosexualité est simplement considérée comme une forme banale de sexualité n'ayant pas à faire l'objet de stigmatisation particulière, certains reconnaissant officiellement la possibilité de mariage homosexuel. Certains affirment que l'homosexualité correspond à une tendance naturelle chez l'être humain, même hétérosexuel, à être attiré par des individus de même sexe. L'expression de cette attirance serait un facteur important de l'équilibre du comportement sexuel. Les comportements homosexuels observés (tout comme les comportements hétérosexuels) chez nombre d'enfants et d'adolescents constitueraient également une étape fondamentale de la différenciation sexuelle et de l'émergence du sentiment d'appartenance au sexe féminin ou masculin. Cependant, les pratiques homosexuelles ne jouissent pas de la perspective procréatrice. Dans ce sens, la sodomie serait une réponse ayant sa source dans une perversion de comportements hétérosexuels ne trouvant parfois pas d'autre moyen de se manifester du fait de l'absence de pénétration vaginale.

discriminations

Quoi qu'il en soit, certains estiment que les homosexuels subissent depuis longtemps et encore aujourd'hui une discrimination, nommée fréquemment homophobie, parfois très lourde, au point que la première cause de suicide chez les jeunes est la souffrance ressentie à cause de l'exclusion due à l'homosexualité. D'autres estiment que le terme d'homophobie, dont l'étymologie est contestable (voir l'article qui lui est consacré) constitue plutôt un terme utilisé par les associations homosexuelles pour censurer toute critique de l'homosexualité. Le terme homophobie peut donc sembler politiquement campé et ne pas être une définition officielle en psychologie.

Il est aussi notable que dans le vocabulaire des injures, celles-ci sont souvent misogynes ou homophobes : de fait, l'homosexuel se développant dans une société qui le promeut — comme un certain nombre de pays occidentaux — n'est pas assuré d'être respecté.

Encore il y a peu, les femmes homosexuelles etaient parfois excisées aux États-Unis, ce qui etait censé les « guérir ».

Articles connexes