The Jean Genet reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Jean Genet

Videos show Africa through the eyes of children

Jean Genet (Paris, 1910 - id., 1986) est un écrivain et auteur dramatique français. Par une écriture originale et riche, Jean Genet exalte les perversions et l'érotisme dans les aspects les plus banals de la société.

Né abandonné par Gabrielle Genet et de père inconnu, le jeune Jean Genet est très vite envoyé dans une famille nourricière du Morvan, véritable « laiterie » de la France du début XXe, regroupant une grande proportion des familles mandatées par l'assistance publique pour recueillir et élever les enfants abandonnés de la IIIe République.

La famille adoptive de Genet lui offre l'éducation communale, une mère de lait douce et aimante, un environnement protégé. L'enfant devient vite enfant de chœur, est bon élève, réservé et taciturne.

Son premier vol arrivera à l'âge de 10 ans, acte fondateur de la mythologie de Genet qui, fustigé pour son acte, donnera un change très existentialiste en sanctifiant son geste, en faisant la bannière de tout son vice et son antisocialité profonde.

De cette époque remontent les premiers émois masculins de Genet, en la personne du petit Cullaffroy, héros de Notre Dame des fleurs, ainsi que d'hommes plus âgés, braconniers de passage le plus souvent.

Genet quitte le Morvan pour suivre une formation de typographe dont il est renvoyé pour vol. Enfant errant, il sera enfermé dans la colonie pénitentiaire de Mettray, où se cristalliseront ses tentations homosexuelles ainsi que toute la liturgie de domination/soumission, la hiérarchie masculine et virile, la féodalité brutale qui en découle aux yeux de Genet. Il quitte les lieux à 18 ans, s'engage dans la légion étrangère. Il découvre pour la première fois l'Afrique du Nord, le Proche-Orient, qui lui laissent une très forte impression de part les passions qui y règnent, le charisme mâle et volontaire de ses habitants, les tourments des peuples opprimés par la France. Revenu à Paris, vivant de petits larcins à ses amis bibliophiles, à des bouquinistes, à des antiquaires, Genet fréquente plusieurs prisons, dont la prison de Fresnes.

Il y écrit ses premiers poèmes et ses premières ébauches de roman, sans cesse reprises, refondues, rejetées. Genet est un perfectionniste, un éternel insatisfait, on obsédé de la beauté du verbe. Lui qui sacralise le geste, la signification de l'acte, n'admet la viabilité du verbe que lorsque il est beau, puissant, racé.

Ses premiers textes, publiés à compte d'auteur, lui assurent une première notoriété, en particulier auprès de Cocteau, puis dans un deuxième temps auprès de Sartre. Les deux écrivains le défendront face à une inculpation lui faisant risquer la perpétuité, pour récidive : Genet avait volé un manuscrit original dans une boutique de la rue Bonaparte. Ses premiers romans paraissent, censurés car pornographiques, ils se distribuent sous le manteau. Le journal du voleur décrit ses errances adolescentes hors de France, Le miracle de la rose met en parallèle ses années de prison et sa fascination pour un assassin avec ses années à la colonie de Mettray, Notre Dame des fleurs évoque l'enfance et les créatures ambigues de la nuit homosexuelle parisienne du Paris d'avant-guerre.

Genet, au fait de sa gloire parisienne, fréquente Sartre, Simone de Beauvoir, Alberto Giacometti, Henri Matisse, Brassaï. Il entame une carrière de dramaturge, qui auront toutes de brillants succès, contrastant avec un accueil critique tres ambivalent et une diffusion longtemps confidentielle. Les plus grands metteurs en scène montent ses premières : Roger Blin monte Les Nègres puis Les Paravents.

Le propos de Genet se fait plus engagé, la politique le titille. L'ennemi intérieur lève les armes contre la tyrannie blanche, la domination occidentale, l'état déplorable dans lequel la France abandonne ses anciennes colonies.

Abandonnant l'écriture, il se consacre à des combats marginaux, souvent d'extrême gauche : Black Panthers (qu'il rencontre et soutient dès 1970) aux États-Unis, les Palestiniens de l'OLP (il sera d'ailleurs le premier Occidental à pénétrer dans Chatila, après les massacres de l'armée israélienne du commandant Ariel Sharon).

Il reviendra plus tard au théâtre, puis à l'écriture romanesque. Le décès de son compagnon, Abdallah (qui lui avait inspiré le poème Le funambule, sa toxicomanie aux barbituriques, mirent à mal son mode de vie d'errance. Genet, jusqu'à la fin, a vécu dans des chambres d'hôtel sordides, souvent près des gares, ne voyagant qu'avec une petite valise remplie de lettres de ses amis et de manuscrits.

Les combats politiques l'occupèrent jusqu'à la fin de sa vie, systématiquement auprès des causes des opprimés, des faibles, des pauvres oubliés de la richesse du monde.

Jean Genet mourut d'un cancer au Jack's Hotel (Paris) dans la nuit du 15 avril 1986, et fut enterré selon ses désirs, au Maroc.

Romans :

Théâtre : Récits : Poésie : Quelques livres au sujet de Jean Genet :