The Karl Marx reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Karl Marx

Spread the word about a children's charity with social media

right Karl Marx (5 mai 1818 à Trêves en Prusse-14 mars 1883) est un philosophe et théoricien, célèbre pour sa critique du capitalisme et sa vision de l'histoire comme résultat de la lutte des classes - opposant les capitalistes et le prolétariat - à l'origine du communisme.

« Ce sont les hommes qui font l'histoire, mais dans des conditions qui ne sont pas déterminées par eux. »

« Pour ce qui me concerne, ce n'est pas moi qui ai découvert l'existence des classes dans la société moderne ou la lutte qui les oppose. Bien longtemps avant moi, les historiens bourgeois ont décrit le développement historique de cette lutte des classes et les économistes bourgeois l'anatomie économique des classes. Tout ce que j'ai fait de neuf a été de prouver : #) que l'existence des classes est seulement liée aux phases particulières, historiques du développement de la production, #) que la lutte des classes mène nécessairement à la dictature du prolétariat, #) que cette dictature elle-même ne constitue que la transition vers l'abolition de toutes les classes et vers une société sans classe. » (Lettre à Widermeyer, 1852)

Son père était avocat. Sa famille était juive, mais se convertit au protestantisme en 1824. Après avoir obtenu son baccalauréat dans un Gymnasium (lycée) de Trêves, Marx entra à l'université, d'abord à Bonn, puis à Berlin, où il fit son droit, se spécialisant en histoire et en philosophie. Il finit ses études en 1841 par la présentation d'une thèse de doctorat sur la philosophie d'Épicure. À Berlin, il appartint au cercle des « Hégéliens de gauche », dénommé aussi « Jeunes Hégéliens » (avec Bruno Bauer et d'autres) qui cherchait à tirer des conclusions esthétiques et révolutionnaires de la philosophie de Georg Hegel. L'hégélien de gauche Ludwig Feuerbach s'était lancé dans une critique de la théologie à partir de 1836 et avait commencé à se tourner vers le matérialisme (par opposition à l'idéalisme de Hegel). En 1841, cette orientation matérialiste avait pris le dessus dans sa philosophie (L'essence du Christianisme), mais s'accompagna d'un abandon progressif de la dialectique de Hegel.

Cette position se heurtait à la politique du gouvernement prussien qui avait enlevé à Feuerbach sa chaire en 1832, puis lui avait interdit de revenir à l'université en 1836. Pour finir, les mêmes autorités interdirent à Bruno Bauer, autre grande figure de l'hégélianisme de gauche d'enseigner à Bonn en 1841.

Marx, après avoir obtenu son diplôme universitaire, était lui-même parti pour Bonn avec l'espoir d'y devenir professeur. Mais face à cette politique du gouvernement, il abandonna l'idée d'une carrière universitaire.

Au début de 1842, certains bourgeois radicaux de Rhénanie, en contact avec les Hégéliens de gauche, créèrent à Cologne un journal d'opposition au gouvernement, la Rheinische Zeitung (Gazette Rhénane). Ils proposèrent à Marx et Bruno Bauer d'en devenir les principaux collaborateurs. En octobre 1842, Marx en devint le rédacteur en chef et s'installa à Cologne.

La tendance démocratique révolutionnaire du journal s'accentua sous la direction de Marx. Le gouvernement réagit en lui imposant une double, puis une triple censure. Puis, le 1er janvier 1843, il l'interdit. Marx avait été contraint de démissionner avant cette date, mais cela ne sauva pas le journal, qui suspendit sa publication en 1843.

L'un des principaux articles de Marx dans la Rheinische Zeitung est celui consacré aux conditions de vie des vignerons de la vallée de la Moselle. Ce reportage, ainsi que l'ensemble de ses activités journalistiques, lui fit prendre conscience de ses insuffisances en matière d'économie politique et le poussa à se lancer dans une étude en profondeur de celle-ci.

En 1843, Marx épousa, à Kreuznach, une amie d'enfance, Jenny von Westphalen, avec laquelle il s'était fiancé étudiant. Sa femme était issue de la noblesse prussienne (l'une de ses ancêtres était Mary Stuart). Son frère aîné devait devenir ministre de l'Intérieur de Prusse au cours d'une des périodes les plus réactionnaires que connut ce pays, de 1850 à 1858.

À l'automne 1843, Marx s'installa à Paris afin de publier un journal radical à l'étranger avec Arnold Ruge (1802-1880). Un seul numéro fut édité, les Annales Franco-Allemandes. La publication s'interrompit du fait des grosses difficultés dans la distribution clandestine du journal en Allemagne et, aussi, de désaccords entre Marx et Arnold Ruge. Les articles de Marx y montrent que celui-ci se positionnait déjà comme un révolutionnaire défendant une « critique impitoyable de tout l'existant » (« la critique des armes ne saurait remplacer l'arme de la critique ») et comptant sur les masses et le prolétariat, et non plus sur quelques dirigeants éclairés pour changer l'ordre des choses.

C'est à la même époque que Ludwig Feuerbach rédigea ses Principes de la Philosophie de l'Avenir. « Il faut avoir vécu par soi-même l'effet libérateur » de ces livres, devait écrire plus tard Engels, qui ajoute : « Nous devînmes tout d'un coup tous des Feuerbachiens. »

C'est en septembre 1844 que Engels passa quelques jours à Paris où il rencontra Marx, dont il devait devenir l'ami le plus intime. Engels avait dû à l'âge de 18 ans quitter le lycée pour devenir employé de commerce à Brême pour des raisons familiales. Étudiant par lui-même la philosophie, il était devenu partisan de Hegel tout en rejetant le soutien que celui-ci avait apporté à l'État prussien. En 1842, il avait quitté Brême pour prendre un poste dans une firme commerciale de Manchester dont son père était l'un des propriétaires. Là, il avait rencontré la misère prolétarienne dans toute son ampleur et en avait étudié systématiquement les conditions (La condition des classes laborieuses en Angleterre, 1845). Cette rencontre n'était donc pas le fruit du hasard.

Peu après celle-ci, Marx et Engels travaillèrent de concert à la production de la première œuvre mature du marxisme L'idéologie Allemande.

Cet ouvrage posa les bases du marxisme en introduisant la conception matérialiste de l'histoire (le matérialisme historique), qui s'opposait à la conception a-historique du matérialisme de Feuerbach. Marx et Engels marquaient ainsi une rupture non seulement avec Feuerbach, mais aussi avec l'idéalisme hégélien de gauche par une critique sévère de Bruno Bauer et Max Stirner et plus largement l'idéalisme de Hegel lui-même. Dans les Thèses sur Ludwig Feuerbach, qui constituent l'introduction de l'ouvrage, Marx écrivait : « Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui compte c'est de le changer ».

Au milieu des années 1840, Marx et Engels prirent une part active dans la vie alors bouillonnante des groupes révolutionnaires parisiens. Beaucoup d'entre eux étaient particulièrement influencés par les doctrines de Pierre-Joseph Proudhon exprimées principalement dans Philosophie de la misère. Marx en fit une critique très sévère dans Misère de la Philosophie. L'avant-propos nous montre le caractère polémique et ironique du style de Marx : « En France, il (Proudhon) a le droit d'être mauvais économiste, parce qu'il passe pour un bon philosophe allemand. En Allemagne, il a le droit d'être mauvais philosophe, parce qu'il passe pour être économiste des plus forts. Nous, en notre qualité d'Allemand et d'économiste, nous avons voulu protester contre cette double erreur. »

Sur la demande insistante du gouvernement prussien, Marx, considéré comme un dangereux révolutionnaire, fut chassé de Paris en 1845. Il s'installa alors à Bruxelles.

Au printemps 1847, Marx et Engels rejoignirent un groupe de propagande clandestine la Ligue des Communistes. Ils y prirent une place prépondérante à son Second Congrès à Londres en novembre 1847. Ce dernier leur demanda de rédiger le Manifeste de la Ligue, connu sous le nom de Manifeste du Parti Communiste, qui parut en 1848.

Marx est souvent présenté par ses détracteurs comme quelqu'un de difficile à lire. C'est là quelque chose de tout à fait contestable. Si dans L'idéologie Allemande, une bonne et solide culture philosophique est nécessaire, l'immense majorité de ses écrits ne nécessite pas de connaissances approfondies au préalable. Le raisonnement dialectique ne se fait pas sans effort et Marx en était un des maîtres. C'est dans la mesure où on ne tient pas compte de cet effort, qui est à la portée de tous, que l'on est dérouté par ses écrits.

Dans le Manifeste du Parti Communiste, Marx et Engels ont développé ce raisonnement dialectique sur l'histoire et le monde avec une clarté remarquable sans jamais tomber dans le simplisme. Ce document analyse le champ de la vie sociale, la théorie de la lutte des classes, les tâches des Communistes et le rôle révolutionnaire du prolétariat dans la constitution d'une nouvelle société communiste.

À l'éclatement de la Révolution de février 1848, Marx quitta la Belgique pour revenir à Paris. Avec l'extension de la révolution à l'Allemagne, il partit pour Cologne pour y devenir rédacteur en chef de la Neue Rheinische Zeitung (La Nouvelle Gazette Rhénane) publiée du 1er juin 1848 au 19 mai 1849.

Avec la victoire de la contre-révolution, Marx est poursuivi devant les tribunaux. Il se défend devant les jurés en déclarant : « le premier devoir de la presse, c'est de saper tous les fondements de l'état politique existant ». Il est acquitté le 9 février 1849, mais le gouvernement l'expulse le 16 mai de la même année, bien qu'il soit citoyen prussien.

Il retourne alors à Paris dont il est de nouveau chassé après la manifestation du 13 juin 1849. Il part ensuite pour Londres où il résidera le restant de ses jours.

La vie de Marx en exil fut extraordinairement difficile, comme en témoigne sa correspondance avec Engels. Malgré l'aide financière de ce dernier, lui et sa famille durent faire face à une extrême misère : « Ma femme est malade, la petite Jenny est malade, Léni a une sorte de fièvre nerveuse. Je ne peux et je ne pouvais appeler le médecin, faute d'argent pour les médicaments. Depuis huit jours, je nourris la famille avec du pain et des pommes de terre, mais je me demande si je pourrais encore me les procurer aujourd'hui » (à Engels, 4 septembre 1852). L'un de ses enfants, Edgar, mourra d'ailleurs de faim.

Il y écrit une série de sept articles, rassemblés sous le titre de Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, décrivant l'évolution de la deuxième République française et son évolution vers le coup d'état du 2 décembre 1851 aboutissant au Second Empire.

Ce n'est qu'en 1861 que sa situation s'améliorera quelque peu. En 1864 sa situation financière s'améliore sérieusement grâce à l'héritage de sa mère, qui avait toujours refusé de lui verser la part qui lui revenait de celui de son père, mais le train de vie de la famille Marx restera toujours d'un niveau modeste.

Il consacre toutes les années 1850 à rédiger des centaines d'articles « alimentaires » pour des journaux comme la New York Tribune tout en se livrant à des recherches approfondies en économie, histoire, politique, etc. Dans le même temps, il reste en correspondance avec les révolutionnaires du continent et rédige des brochures politiques en lien avec l'actualité. Il passe aux yeux des gouvernants prussiens comme le chef d'une organisation de conspirateurs, alors que la Ligue des Communistes n'existe plus depuis son démantèlement par la police et son procès en 1852. Il est en fait isolé. Sa situation économiquement précaire ralentit son travail.

Ce n'est qu'en 1857 qu'il achève L'introduction à la critique de l'économie politique, puis en 1859 la Contribution à la critique de l'économie politique. Y sont présents tous les éléments essentiels, en particulier la loi de la valeur, du Capital, dont le premier volume paraît en 1863.

En 1859, il sort de son isolement politique pour prendre la direction du journal germanophone Das Volk en lien avec les regroupements qui s'opèrent dans le mouvement ouvrier allemand et qui vont déboucher sur la constitution par Ferdinand Lassalle du Parti Social-Démocrate allemand.

En 1864, il rédige l'Adresse Inaugurale de l'Association Internationale des Travailleurs, qui se fonde alors. Il devient l'âme et le cœur de cette Première Internationale. Tout son effort tend à unifier le mouvement ouvrier qui connaît toutes sortes de formes de regroupements se réclamant du socialisme sur des bases diverses et contradictoires (Mazzini en Italie, Proudhon en France, Mikhail Bakunine en Suisse, syndicalisme britannique libéral britannique, droite lassalienne en Allemagne, etc.) en luttant contre les théories des sectes et écoles de pensée qui les animent. Marx joua ainsi un rôle essentiel dans l'unification des tactiques de lutte des travailleurs de différents pays.

Après l'écrasement de la Commune de Paris en 1871, à propos de laquelle Marx a livré une analyse matérialiste rigoureuse dans La Guerre civile en France, et la scission opérée par le courant de Bakounine dans l'Internationale, l'AIT cesse d'exister en Europe. Après le Congrès de La Haye de l'Internationale en 1872, le Conseil Général de l'Internationale a fait son temps et ouvre la voie à la constitution de partis socialistes ouvriers de masse nationaux indépendants.

La santé de Marx se trouva minée par son travail politique inlassable d'organisation de l'Internationale et la rédaction encore plus épuisante de son œuvre. Il laissa à Engels le soin de suivre les développements du SPD et se consacra par la suite pour l'essentiel à l'achèvement du Capital, pour lequel il collecta une masse considérable de nouveaux matériaux et, en plus des langues qu'il maîtrisait déjà (français, anglais, italien et allemand), apprit le russe. Malheureusement, sa santé déclinante l'empêcha d'achever les deux derniers volumes du Capital. Engels se chargea par la suite de rassembler et mettre en forme ses notes afin de publier ceux-ci.

Jenny, la femme de Marx, sans le soutien et le courage de laquelle il n'aurait pu mener son combat pour l'émancipation humaine, mourut le 2 décembre 1881. Tous les deux avaient rompu avec leur classe d'origine, qui le leur fit payer chèrement à eux et à leurs enfants. Mais aucun d'eux n'abdiqua son droit à la liberté.

Le 14 mars 1883, Marx s'éteignit paisiblement dans son fauteuil. Il est enterré près de sa femme dans le cimetière de Highgate à Londres, Angleterre.

« Imagine l'homme humain et son rapport au monde comme un rapport humain, et tu ne pourras échanger l'amour que contre l'amour, la confiance que contre la confiance, etc. Si tu veux jouir de l'art, tu devras avoir une culture artistique ; si tu veux avoir un ascendant sur autrui, tu devras être capable d'agir pour le bien des autres et exercer une influence stimulante. Chacun de tes rapports avec l'homme - et avec la nature - devra être une manifestation déterminée, conforme à l'objet de ta volonté, à ta vraie vie individuelle. Si tu aimes sans susciter l'amour réciproque, si ton amour ne provoque pas la réciprocité, si vivant et aimant tu ne te fais pas aimer, alors ton amour est impuissant, et c'est un grand malheur. » (Économie et Philosophie, L'argent)

Pour Marx, la transcendance était le moment de travail au présent, qui par la réflexion précédant l'action, permet à nos actions de modifier notre futur et donc d'échapper au déterminisme (le passé conditionne le futur).

Table of contents
1 Voir aussi
2 Liens externes
3

Voir aussi

Liens externes

Puce alternative pour listes : liens externes  œuvres de Marx
Puce alternative pour listes : liens externes  Biographie et citations de Karl Marx

Puce alternative pour listes : liens externes  œuvres de Marx
Puce alternative pour listes : liens externes  Biographie et citations de Karl Marx


Les principaux philosophes occidentaux
Socrate | Platon | Aristote | Plotin | Thomas d'Aquin | Hobbes | Descartes | Spinoza | Leibniz | Locke | Berkeley | Hume | Rousseau | Kant | Hegel | Schopenhauer | Marx | Kierkegaard | Nietzsche | Husserl | Russell | Heidegger | Wittgenstein | Sartre