The Ludwig Josef Johann Wittgenstein reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Ludwig Josef Johann Wittgenstein

Videos from a children's charity on sponsorship
Ludwig Wittgenstein en 1930Enlarge

Ludwig Wittgenstein en 1930

Ludwig Josef Johann Wittgenstein (Vienne, 26 avril 1889 - Cambridge, 29 avril 1951) était un philosophe autrichien puis britannique, qui apporta des contributions révolutionnaires en logique et en philosophie du langage. Bien que de nombreuses œuvres furent éditées après sa mort, il faut se rappeler qu'il ne publia lui-même de son vivant (mis à part quelques écrits mineurs) que le Tractatus logico-philosophicus, dont il pensait qu'il donnait la solution à tous les problèmes de philosophie. C'est pourquoi il abandonna un temps les études de philosophie, et fut instituteur, jardinier dans un monastère et finalement architecte pour la nouvelle maison de sa sœur à Vienne. Il revint en fin de compte à la philosophie, et critiqua les principes de son traité. De là se développèrent une nouvelle méthode philosophique et une nouvelle compréhension du langage, ce qui s'exprimera pleinement dans sa seconde grande œuvre, publiée à titre posthume, Investigations philosophiques.

Il a considérablement influencé la pensée moderne, aussi bien Bertrand Russell que le cercle de Vienne ou encore le logicisme.

Bien qu'il fut éduqué à Vienne et qu'il se considérait lui-même comme un autrichien, il est surtout associé aujourd'hui au Trinity College de Cambridge, où il eut pour maître Russell. En 1929, il retourna à Cambridge pour continuer ses recherches et y devint professeur. Ses premiers travaux sont profondemment influencés par Russell et par ses brèves études avec Frege. Son Tractatus influença le Cercle de Vienne, bien que lui-même ne se considérait pas comme en faisant partie et qu'il affirmait que le positivisme logique contenait de graves contre-sens à propos du traité. Les deux parties de son œuvre eurent une influence majeure sur la philosophie analytique, tout particulièrement sur la philosophie du langage, la philosophie de l'esprit, et la théorie de l'action.
Parmi les "wittgensteiniens", on compte Gilbert Ryle, Friedrich Waismann, Norman Malcolm, Gertrude Elizabeth Marie Anscombe, Rush Rhees, et Peter Geach ; et parmi les philosophes récents influencés par lui : James Conant, Peter Hacking, Stanley Cavell, et Saul Kripke.

Table of contents
1 Biographie
2 Œuvres
3 Bibliographie
4 Citations
5 Voir aussi

Biographie

Ludwig Joseph Johann Wittgenstein est né à Vienne. Ses grand-parents juifs, venus de Saxe (Allemagne) s'étaient installés en Autriche-Hongrie, après s'être convertis au protestantisme. C'est là que le père de Ludwig, Karl Wittgenstein, fit fortune dans l'industrie sidérurgique. Sa mère, Leopoldine Kalmus, était catholique (son père était cependant d'origine juive). Ludwig fut baptisé dans une église catholique, et il voulut pour sa mort un enterrement catholique, bien qu'il ne fut ni croyant ni pratiquant dans sa seconde période.

Ludwig était le plus jeune de huit enfants dans une maison qui constituait un environnement stimulant. Ses deux parents étaient musiciens et tous leurs enfants étaient doués artistiquement et intellectuellement. Le père était un protecteur des arts, et la maison recevait de nombreuses personnalité de haute culture, particulièrement des musiciens. La famille voyait souvent Johannes Brahms et Gustav Mahler. Paul Wittgenstein le frère de Ludwig mena une brillante carrière de pianiste, même après la perte de son bras droit pendant la Première Guerre mondiale, drame à la suite duquel Ravel composa le Concerto pour Main Gauche. Ludwig lui-même n'avait pas de talent exceptionnel pour la musique, mais la dévotion qu'il lui porta toute sa vie est un élément essentiel de sa personnalité et de sa pensée. Il utilisera de nombreux exemples musicaux dans ses écrits. Un autre point commun familial était une forte tendance à l'auto-critique, jusqu'à la depression et au suicide ; trois de ses frères se suicidèrent.

Jusqu'en 1903 Ludwig fut scolarisé à domicile suite à quoi il commença 3 ans à la Realschule à Linz, une école orientée vers les disciplines techniques. Il y fut scolarisé en même temps qu'Adolf Hitler et on peut les voir tous les deux sur une photo de classe. Kimberly Cornish, dans son ouvrage Le Juif de Linz tente de démontrer que non seulement les jeunes Wittgenstein et Hitler se connaissaient mais qu'ils se détestaient également. Elle prétend également que Wittgenstein était le juif dont Hitler fait référence dans Mein Kampf dans le passage concernant sa scolarité à Linz et que bien des éléments des écrits antisémites de Hitler sont des projections du jeune Wittgenstein sur tout le peuple juif. La plupart des biographe de Wittgenstein considèrent néanmoins que les preuves utilisées par Cornish sont particulièrement maigres et reposent sur des associations circonstancielles et des spéculations dont il est déjà très difficile d'assurer qu'ils se connaissaient et encore moins se détestaient ou que Wittgenstein ait eu le moindre rôle dans le cours de l'histoire de l'antisémitisme.

En 1906 Ludwig entama des études d'ingénieur en mécanique à Berlin et en 1908 il partit à l'Université de Manchester pour obtenir son doctorat. C'est dans ce but qu'il s'inscrivit dans un laboratoire d'ingénierie où il fit des recherches sur le comportement des cerf-volants en haute atmosphère. Il s'intéressa ensuite à la recherche aéronautique et notamment à une hélice mue par réaction au bout des pales qu'il conçut et testa.

Wittgenstein étudia les mathématiques pour ses recherches, il s'intéressa notamment aux fondements des mathématiques, particulièrement après avoir lu les principes des mathématiques de Bertrand Russell, son ouvrage précédent Principia Mathematica.

Il étudia brièvement en Allemagne auprès de Gottlob Frege, que certains considèrent comme le plus grand logicien depuis Aristote et qui avait au cours de la décennie précédente posé les fondations de la logique moderne et des mathématiques logiques. Frege lui conseilla vivement de lire les travaux de Bertrand Russell qui avait découvert quelques incohérences fondamentales dans son travail.

En 1912, Wittgenstein alla étudier à l'université de Cambridge avec Bertrand Russell. Il lui fit, ainsi qu'à G. E. Moore une grande impression. Il commença à travailler sur les fondements de la logique et la logique mathématique. Durant cette période, il eut trois grand centre d'intérêts : la philosophie, la musique et les voyages. En 1913, Wittgenstein hérite d'une fabuleuse fortune à l'occasion de la mort de son père. Il fit don d'une partie de celle-ci anonymement, au début pour le moins, à des artistes et auteurs autrichiens tels que Rainer Maria Rilke et Georg Trakl. En 1914 il manqua de rencontrer Trakl, celui-ci s'étant suicidé quelques jours avant l'arrivée de Wittgenstein.

Bien que stimulé par ses études à Cambridge et ses conversations avec Russell, Wittgenstein parvint à la conclusion qu'il ne pourrait pas parvenir à faire le tour des questions fondamentales qui l'intéressaient dans un environnement universitaire. En 1913 il se retira dans une cabane placée dans une montagne reculée de Norvège à Skjolden qui n'était accessible qu'à cheval. Cet exil volontaire lui permit de se consacrer entièrement à sa recherche et il dira plus tard de cet épisode qu'il fut l'une des période les plus passionnée et productive de son existence. Il rédigea un texte fondateur de la logique intitulé Logik et dont sera tiré le célèbre Tractatus Logico-Philosophicus.

Première Guerre mondiale

Puisqu'il vivait en ermite, Wittgenstein fut surpris par l'avènement de la Première Guerre mondiale. Il s'engagea dans l'armée Austro-Hongroise, espérant que côtoyer la mort lui permettrait de s'améliorer. Il servit d'abord sur un navire, puis dans une usine d'artillerie. En 1916 il fut envoyé sur le front russe dans un régiment d'artillerie où il gagna plusieurs médailles pour son courage. Les pages de son journal d'alors reflètent néanmoins son mépris pour la médiocrité de ses camarades soldats.

Tout au long de la guerre, Wittgenstein tint un journal dans lequel il coucha des réflexions philosophiques et religieuses avec des remarques personnelles. Au moment de son engagement, Wittgenstein avait dévoré les commentaires des évangiles de Léon Tolstoï et devint un chrétien convaincu bien que troublé et plein de doutes. Son travail sur Logik commença à prendre un sens éthique et religieux. C'est en associant son nouvel intérêt pour l'éthique avec la logique et les réflexions personnelles qu'il développa pendant la guerre que son travail effectué à Cambridge et en Norvège prit la forme du Tractatus. Vers la fin de la guerre en 1918, Wittgenstein fut fait prisonnier dans le nord de l'Italie par l'armée italienne. L'armée italienne mit la main sur un manuscrit rédigé en allemand nommé Logische-Philosophische Abhandlung dans les affaires de Wittgenstein. Grâce à l'intervention de ses amis de Cambridge Wittgenstein parvint à avoir accès à des livres, et put préparer son manuscrit du Tractatus. Il l'envoya en Angleterre à Russell qui le considéra comme un travail philosophique d'une grande importance. Après la libération de Wittgenstein en 1919, ils travaillèrent ensemble pour le faire publier.

La traduction anglaise fut assurée dans un premier temps par Frank Ramsey puis par C. K. Ogden avec l'aide de Wittgenstein. Après quelques discussions sur la traduction du titre, G. E. Moore suggéra de l'intituler Tractatus Logico-Philosophicus, une allusion au Tractatus Theologico-Politicus de Spinoza. Russell rédigea une préface, afin de faire bénéficier le livre de la réputation de l'un des plus grand philosophes du moment.

Les difficultés perdurèrent néanmoins, Wittgenstein se défia de Russell, n'appréciant pas sa préface qui selon lui évinçait les problématiques fondamentales du Tractatus. Il connut la frustration devant les difficultées à trouver un éditeur intéressé, et plus encore en réalisant que les quelques uns susceptibles d'éditer son livre étaient plus intéressés par la préface de Russell que par le contenu de l'ouvrage. Il fut finalement édité par le journal de Wilhelm Ostwald Annalen des Naturphilosophie qui imprima une version en allemand en 1921 et par Routledge Kegan Paul qui imprima une version bilingue avec la préface de Russell et la traduction de Ramsey et Ogden en 1922.

Les « années perdues » : la vie après le Tractatus

A la sortie de la guerre, Wittgenstein était un homme profondément changé. Il était devenu un chrétien convaincu et passionné, il avait fait face à une guerre féroce et avait réussi à cristalliser l'ébullition de sa vie intellectuelle et émotionnelle dans la rédaction du Tractatus. Il s'agissait d'un travail transfigurant tout ce qu'il avait pu faire auparavant concernant la logique dans un cadre radicalement nouveau qui, pensait-il, offrait une solution définitive à tous les problèmes philosophiques.

Ces bouleversements dans la vie de Wittgenstein, à la fois à la fin de sa première vie et au commencement de sa seconde, le menèrent à vivre une vie d'ascèse. Son geste le plus spectaculaire fut de laisser sa part d'héritage à des artistes d'avant garde autrichiens et allemands dont Rainer Maria Rilke et à ses frères et sœurs en insistant pour qu'ils promettent de ne jamais lui rendre. Il avait le sentiment que donner de l'argent aux pauvres ne pourrait que les corrompre alors qu'il ne ferait pas de mal aux riches.

Considérant que le Tractatus signait la fin de la philosophie, Wittgenstein retourna en Autriche et devint instituteur. Wittgenstein fut éduqué selon les méthodes du mouvement de réforme scolaire autrichien qui repose sur la stimulation de la curiosité naturelle des enfants et le développement de leur autonomie de jugement plutôt que de simplement leur faire mémoriser des faits. Ces principes d'éducation l'enthousiasmèrent mais il eut à faire face à de nombreuses difficultées de mise en pratique dans sa classe des villages de Trattenbach, Puchberg-am-Schneeberg et Otterthal.

Durant ces années d'enseignement, Wittgenstein rédigea un dictionnaire de prononciation et d'orthographe pour faire travailler ses élèves, il sera publié et bien accueilli par la profession. Ce sera le seul livre qu'il publiera en dehors du Tractatus.

Les méthodes d'enseignement de Wittgenstein étaient intenses et rigoureuses, ses élèves bénéficièrent d'une éducation d'un niveau peu commun pour le contexte. Wittgenstein avait néanmoins très peu de patience avec ses élèves les plus lents. Sa sévérité, sa discipline de fer comprenait des châtiments corporels et la méfiance des villageois qui le soupçonnaient d'être un fou provoquèrent un certain nombre de conflits avec certains parents d'élèves. Particulièrement déprimé tout au long de cette période, il démissionna en avril 1926 et retourna à Vienne avec un sentiment d'échec.

Il travailla ensuite comme à assister le jardinier d'un monastère près de Vienne. Il envisagea de se faire moine, et alla jusqu'à se renseigner sur la façon de se joindre à l'ordre. Lors d'un entretien, on lui indiqua qu'il ne trouverait pas ce qu'il cherchait dans la vie monastique. Deux évènements contribuèrent à sortir Wittgenstein de sa dépression : Le premier fut une invitation de sa sœur Margaret (Gretl) Stoneborough à travailler avec l'architecte Paul Engelmann qui était devenu un ami proche de Wittgenstein pendant la guerre sur la conception et la construction de sa nouvelle maison. Ils construisirent une maison dans un style moderniste, dans le style d'Adolf Loos qu'ils admiraient tous les deux beaucoup. Wittgenstein trouva le travail intellectuellement captivant et exténuant. Il se donna corps et âme dans l'absolu perfection de détails comme les poignées de portes et les radiateurs qui devaient être positionné avec une parfaite exactitude pour assurer la symétrie des pièces. Cette œuvre de l'architecture moderniste évoqua quelques commentaires inspirés, G. H. von Wright déclara que le maison possédait la même beauté statique que le Tractatus. Cet investissement total dans ce travail intellectuel eut un effet revigorant et Wittgenstein retrouva motivation et volonté. Le second survint vers la fin de son travail sur la maison quand il fut contacté par Moritz Schlick, l'un des chef de file du tout nouveau Cercle de Vienne. Le positivisme Viennois était considérablement influencé par le Tractatus et bien que Schlick ne parvint pas à y traîner Wittgenstein, ils eurent un certain nombre de discussions philosophiques avec la participation d'autres membres du cercle, notamment Friedrich Waismann. Wittgenstein se sentait souvent frustré par ces rencontres, il avait le sentiment que Schlick et ses collègues faisaient des contresens fondamentaux à propos du Tractatus et il finit par refuser toute discussion sur le sujet. La majorité des désaccords concernaient l'importance de la vie religieuse et mystique, Wittgenstein considérant ces questions comme une sorte de foi inexprimable tandis que les positivistes les trouvait inutiles. Lors de l'une de leur rencontre, Wittgenstein refusa de discuter du Tractatus et s'assit en tournant le dos à ses interlocuteurs puis déclama des poésies de Rabindranath Tagore. Quoiqu'il en soit, les contacts avec le Cercle de Newcastle Upon Tyne stimulèrent l'intellect de Wittgenstein et réveillèrent son intérêt pour la philosophie. Il rencontra également Franck Ramsey, un jeune philosophe des mathématiques qui vint plusieurs fois de Cambridge pour rencontrer Wittgenstein et le Cercle de Vienne. Au cours de ses discussions avec Ramsey et le Cercle de Vienne, Wittgenstein commença à s'interroger sur son travail et envisagea la possibilité que le Tractatus comporte une grave erreur, ce qui marqua le début de sa seconde carrière de philosophe et qui l'occupera pour le reste de sa vie.

Retour à Cambridge

En 1929 Wittgenstein décida, sur les conseils de Frank Ramsey et d'autres de ses amis, de retourner à Cambridge. Il fut accueilli à la gare par une foule composée de quelques uns des plus grands intellectuels d'Angleterre et réalisa avec horreur qu'il était l'un des philosophes les plus célèbres au monde.

Malgré sa notoriété, il ne put travailler immédiatement à Cambridge par manque de diplôme et s'inscrivit d'abord comme simple étudiant. Russell reconnu rapidement son premier séjour comme suffisant et le pressa d'utiliser le Tractatus comme thèse de doctorat ce qu'il fit dans l'année. Russell et Moore firent office de jury pour la soutenance ; à la fin, Wittgenstein leur tapa familièrement sur l'épaule et déclara : « Ne vous inquiétez pas, je sais que vous ne le comprendrez jamais. ». Moore écrivit dans son rapport de jury : « À mon avis, il s'agit du travail d'un génie ; c'est en tout les cas suffisant pour satisfaire au standard d'un doctorat de Cambridge. ». Wittgenstein fut embauché comme lecteur et devint membre du Trinity College.

Les sympathies politiques de Wittgenstein étaient plutôt à gauche et lorsque qu'on l'interrogeait sur la théorie marxiste il se déclarait Communiste de cœur et idéalisait la vie des travailleurs. Attiré par la description de la Russie, Short View of Russia de Keynes, il envisage en 1934 d'émigrer en Union Soviétique avec son meilleur ami (et peut être amant) Francis Skinner. Ils prirent des leçons de Russe et en 1935, Wittgenstein parti en voyage à Léningrad et à Moscou pour voir s'il pouvait y trouver du travail. On lui proposa un poste d'enseignant, mais il préféra un travail manuel et rentra trois semaines plus tard.

De 1936 à 1937, Wittgenstein vécu à nouveau en Norvège, laissant Skinner derrière lui. Il travailla sur les Investigations philosophiques. Au cours de l'hiver 1936/37, il écrivit une série de « confessions » à des amis proches, pour la plus part concernant de petites incartades sans gravité, afin de nettoyer sa conscience.

En 1939 G. E. Moore démissionne, et Wittgenstein, alors considéré comme un génie de la philosophie, obtint la chaire de philosophie de Cambridge et acquiert la nationalité britannique dans la foulée.

Après ses cours ou des périodes d'intenses réflexions philosophiques, Wittgenstein aimait aller voir des westerns ou lire des polars, il les considéraient comme des douches de l'esprit. Ce goût pour les récits populaires contrastait avec ses préférences musicales qui considéraient toute musique postérieure à Brahms comme un symptôme de la décadence de la société.

A ce moment de sa vie, son point de vue sur les fondements des mathématiques avait considérablement évolué. Plus tôt il aurait considéré que la logique offrait un fondement solide, il avait même envisagé de mettre à jour l'ouvrage de Russell et Whitehead, les Principia Mathematica. Il niait désormais qu'il puisse y avoir un quelconque fait mathématique à découvrir ou que les énoncés mathématiques soient vrais dans un sens réel. Les mathématiques exprimaient simplement le sens conventionnel de certains symboles. Il niait également que la contradiction puisse être fatal à un système mathématique. Il donna une série de conférences auxquelles Alan Turing assista et qui furent le théâtre de débats vigoureux sur le sujet.

Pendant la Seconde Guerre mondiale il quitta Cambridge et se porta volontaire pour servir dans un hôpital de Londres et comme assistant dans le laboratoire de l'infirmerie Royale Victoria. Il enseigna à Cambridge jusqu'en 1947 puis il démissionna pour se concentrer sur l'écriture. Il n'aimait pas la vie intellectuelle de Cambridge, et encouragea en fait plusieurs de ses étudiants à poursuivre des carrières non-académiques. Wittgenstein resta néanmoins en contact avec le philosophe finlandais Georg Henrik von Wright qui lui succéda au poste de professeur à l'Université de Cambridge.

Bien que Wittgenstein fut impliqué dans une relation avec Marguerite Respinger, une jeune femme suisse amie de la famille, leurs plans de mariage échouèrent en 1931 et il ne se maria finalement jamais. La plupart de ses histoires sentimentales concernaient de jeunes hommes. Il existe un débat considérable sur l'intensité de la vie homosexuelle de Wittgenstein, inspiré par W. W. Bartley qui affirme avoir trouvé des preuves de plusieurs liaisons passagères quand il habitait Vienne. Quoi qu'il en soit il reste clair que Wittgenstein eut plusieurs relations homosexuelles durables comprenant une passion intense avec son ami David Pinsent et des relations stables avec Francis Skinner et Ben Richardson.

La majorité des travaux tardifs de Wittgenstein ont été écrit dans l'isolement de la campagne et notamment sur la côte ouest de l'Irlande. Il avait écrit l'essentiel de ce qui sera publié après sa mort sous le titre Philosophische Untersuchungen, les Investigations Philosophiques, quand on lui diagnostiqua un cancer de la prostate en 1949. Cet ouvrage demeure la part la plus importante de son œuvre. Il passa les deux dernières années de sa vie entre Vienne, Oxford et Cambridge. Le travail de cette époque fut inspiré par les conversations qu'il tint avec son ami et ancien étudiant Norman Malcolm pendant de longues vacances passées dans la maison de Malcom aux États-Unis. Ils parlèrent du travail de Malcolm qui étudiait la réponse de G. E. Moore au scepticisme sur la question des objets de l'expérience sensible (objects of sense-experience). Ce travail fut publié après sa mort dans De la Certitude. Wittgenstein mourut à Cambridge en 1951, quelques jours avant que ses amis ne viennent lui rendre un dernier hommage. Ses derniers mots furent : « Dites leur que j'ai eu une vie merveilleuse. ».

Œuvres

Le Tractatus

Voir article détaillé : Tractatus Logico-Philosophicus.
La première partie du livre commence directement par la thèse suivante : le monde est constitué de faits atomiques et indépendants (quoique dépendants en ce sens qu'ils sont constitués de relations), faits qui sont des états de choses (ce qui arrive dans le monde, 2.). Le langage est composé principalement de propositions atomiques qui correspondent à ces faits dans la mesure où elles participent de la même forme logique. La pensée exprimée par le langage "représente" (pictures, décrit ou peint) ces faits. Nous pouvons donc analyser nos pensées et nos jugements pour montrer leur vraie forme logique ; ce que nous ne pouvons ainsi analyser ne peut avoir un sens susceptible d'être discuté. Pour Wittgenstein, la philosophie n'est rien de plus que cette forme d'analyse.

Bien qu'à proprement parler, il ne puisse y avoir d'autres discours philosophique, Wittgenstein, en formulant dans la dernière partie de cette œuvre, quelques unes de ses propositions les plus "cryptiques", laisse entendre que ces choses que l'on doit passer sous silence peuvent néanmoins être importantes et utiles.

Œuvres intermédiaires

Wittgenstein écrivit beaucoup après son retour à Cambridge, et ordonna une grande partie de ses écrits en manuscrits incomplets. À sa mort, il existait environ 30 000 pages. Beaucoup furent publiées en plusieurs volumes.

Pendant cette période, dans les années 20 et 30, ces travaux comprenaient des attaques variées contre la philosophie perfectionniste du Tractatus. Il publia un papier, Remarks on Logical Form.

Investigations philosophiques

Voir article détaillé : Investigations philosophiques.

Wittgenstein est aujourd'hui surtout connu pour cette œuvre publiée à titre posthume en 1953. Elle est composée de deux parties : la première contient 693 paragraphes prêts pour l'impression en 1946, mais leur publication fut annulée ; la seconde qui fut ajoutée par les éditeurs.

Bibliographie

Citations

Voir aussi

Logique | Philosophie analytique | Philosophie du langage | Russell | Frege


>
{| border="1" cellspacing="0" cellpadding="4"
Les Philosophes contemporains
Philosophes anglo-saxons et philosophie analytique : John Austin | Gottlob Frege | Saul Kripke | Hilary Putnam | W.V. Quine | Franck Ramsey | John Rawls | Bertrand Russell | Ryle | John Searle | Alfred North Whitehead | Wittgenstein
Philosophes continentaux : Edmund Husserl | Heidegger | Sartre | Merleau-Ponty | Gilles Deleuze | Michel Foucault | Jacques Derrida
Les principaux philosophes occidentaux
Socrate | Platon | Aristote | Plotin | Thomas d'Aquin | Hobbes | Descartes | Spinoza | Leibniz | Locke | Berkeley | Hume | Rousseau | Kant | Hegel | Schopenhauer | Marx | Kierkegaard | Nietzsche | Husserl | Russell | Heidegger | Wittgenstein | Sartre