The Panathénées reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Panathénées

Learn about the lives of children in Africa

Histoire > Antiquité > Grèce antique > Athènes antique


Les Panathénées (en grec Παναθήναια Panatếnaia) étaient un festival religieux qui se tenait tous les ans à Athènes en l'honneur d'Athéna, le plus ancien et le plus important des événements religieux de la cité.

La panathénée était annuelle et avait lieu du 24 au 29 du mois d'hécatombéon (Ἑκατομϐαιών hekatombaiốn, premier mois de l'année attique, équivalant à la deuxième moitié de notre mois de juillet actuel). Tous les cinq ans se tenaient également les Grandes panathénées, qui comprenaient également des jeux panathénaïques et qui étaient de trois ou quatre jours plus longues. Ces jeux étaient les plus prestigieux pour les citoyens d'Athènes mais ils n'étaient pas aussi importants que les Jeux olympiques ou les autres jeux panhelléniques.

Jeux panathénaïques

Les premières grandes panathénées furent organisées par Pisistrate en -566 et étaient inspirées des jeux olympiques. Pisistrate y ajouta également des compétitions de poésie et de musique, présents dans les jeux néméens mais absents des jeux olympiques ;: par exemple, un concours de rhapsodes où l'on récitait des poèmes homériques.

Les jeux étaient divisés en jeux réservés aux Athéniens et ceux qui étaient ouverts à tous les Grecs. Ces derniers étaient à peu près les mêmes qu'aux jeux olympiques, avec de la boxe, de la lutte, du pancrace (pankration), du pentathlon et de la course de char, l'épreuve la plus prestigieuse.

Les jeux réservés aux Athéniens étaient quelque peu différents. Ils incluaient une course à la torche jusqu'au Parthénon (l'ancêtre du relais de torche qui a lieu avant les Jeux olympiques modernes), des batailles d'infanterie et de cavalerie, un lancer de javelot à cheval, une course d'apobotai (pluriel d'ἀποϐάτης apobátês ; c'est l'athlète d'une course de char dans laquelle le conducteur devait sauter du chariot, courir à côté puis sauter dedans), le pyrriche (apparemment des exercices militaires en musique) et l'euandrion (un concours de beauté parmi les athlètes). Dans les dernières années il y avait également une course de trières.

Les vainqueurs sportifs étaient récompensés par une couronne d'olivier venant des oliviers sacrés d'Athéna, ainsi que des amphores d'huile d'olive, de même provenance. Ces vases, appelés « panathénaïques », ont été retrouvés en grand nombre en Grèce, en Sicile et en Italie. Ils comportent d'un côté une représentation d'Athéna, de l'autre une illustration de l'épreuve dans laquelle s'était illustré le vainqueur. Les vainqueurs dans le domaine artistique remportaient, eux, une couronne d'or. La tribu dont la trière avait remporté la course gagnait une somme d'or, dont une partie était consacrée à un sacrifice à Poséidon. Les épreuves et concours étaient supervisés par des magistrats spéciaux élus tous les quatre ans, les athlotètes (ἀθλοθέται).

La procession du péplos

Le point culminant des grandes panathénées était atteint le jour anniversaire de la déesse, le 28 du mois, quand la cité offrait à Athéna un péplos (πέπλος), vêtement tissé pendant l'année par des femmes d'Attique, et teint au safran des Indes (notre actuel curcuma). Le vêtement était porté en grande pompe dans toute la cité, puis ornait une statue d'Athéna polyade (en grec Πολιάς, « protectrice de la cité ») sur l'Acropole.

La procession comprenait des prêtres et des jeunes filles (les canéphores) portant les outils du sacrifice, des vieillards portant des rameaux d'olivier et des jeunes gens en armure de hoplite, les anciens vainqueurs des jeux, des ambassades des colonies athéniennes (et au Ve siècle, des cités de la ligue de Délos), etc. La participation à cette procession était un grand honneur et était l'apanage des grandes familles. Au VIe siècle av. J.-C, le fait d'avoir empêché la sœur d'Harmodius d'être canéphore déclencha un complot contre les Pisistratides et l'assassinat d'Hipparque. Les métèques aussi participaient à la cérémonie, mais derrière les citoyens. Pour la panathénée annuelle, la procession avait moins de faste et d'ampleur.

La plus célèbre représentation de cette procession figure sur la frise du Parthénon, qui compte 360 personnages, dont 143 cavaliers, et 220 animaux. L'ensemble, soigneusement composé, nous montre sur la partie occidentale les préparatifs du défilé, lequel est représenté sur les parties nord et sud, tandique que l'assemblée des dieux se tient sur la dernière partie.

Il y avait également un grand sacrifice à Athéna et la viande des animaux sacrifiés était mangée lors d'un énorme banquet pour la clôture du festival.

Cette page contient des caractères qui ne sont pas nécessairement présents dans les polices de caractères courantes. Si vous constatez que certains sont remplacés par des carrés, des points d'interrogation ou autres, consultez la page pour régler facilement ce problème ().