The Zénon d'Élée reference article from the French Wikipedia on 27-Jul-2004
(provided by Fixed Reference: snapshots of Wikipedia from wikipedia.org)

Zénon d'Élée

Learn about the lives of children in Africa

Zénon d'Élée (en grec Ζήνων Zếnôn), né vers -495, décédé vers -430, philosophe grec.

Il fréquenta l'école de Parménide, située dans le sud de l'Italie. Inventeur de la Dialectique, il est principalement connu pour ses paradoxes qui n'eurent pas, à son époque, le retentissement mérité (il n'y a guère qu'Aristote qui tente de réfuter ces paradoxes). L'histoire actuelle de la science et de la logique en reconnait l'importance majeure.

Le récit de la mort de Zénon, constituant un exemple de courage et de résistance face à la tyrannie, prouve qu'il ne fut pas qu'un froid logicien mais aussi un homme engagé :

« Ayant entrepris de renverser le tyran Néarque (...), il fut arrêté (...). Interrogé sur ces complices et sur les armes qu'il avait fait livrer à Lipara, il cite les noms de tous les amis du tyran, dans l'intention de l'isoler des siens. Ensuite, sous prétexte de révélations confidentielles sur certaines personnes, il mordit cruellement le tyran à l'oreille et ne lâcha prise que blessé mortellement (...). À la fin, il trancha sa propre langue avec ses dents et la lui cracha au visage. » (Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, IX, 26-27)

« Zénon d'Élée, à qui Denys demandait en quoi consiste la supériorité de la philosophie, répondit : ‹ Dans le méprit de la mort ! › et c'est avec impassibilité que, sous les coups du tyran, il confirma son propos jusqu'à la mort. » (Tertullien, Apologétique, 50)

Les Paradoxes

On croit souvent que ces paradoxes n'ont pour seule visée de prouver que le mouvement n'existe pas. Il faut les replacer dans une perspective beaucoup plus large, celle la pensée éléate de l'infini ou de l'illimité. En fait, Zénon s'insurge clairement contre la vision pythagoricienne du monde : rappelons seulement que « c'est Pythagore le premier qui a donné le nom de cosmos [κοσμός, c'est-à-dire beauté, ordre] à l'enveloppe de l'univers, en raison de l'organisation qui s'y voit. » (Ætius, Opinion, II, i, i). Á quoi Zénon réplique : « si le lieu est quelque chose, il doit être dans quelque chose », ce qui d'une chose à une autre aboutit à l'illimité.

La méthode employée par Zénon est toujours celle de la dichotomie : « Si l'Un en soi est indivisible, alors, selon l'opinion de Zénon, rien n'existera. » (Aristote, Métaphysique)

Voir aussi


Les Présocratiques
École milésienne | Thalès de Milet | Anaximandre | Anaximène | Pythagore | Philolaos | Héraclite | Parménide | Xénophane | Anaxagore | Timée de Locres | Empédocle d'Agrigente | Zénon d'Élée | Les Sophistes | Protagoras d'Abdère | Prodicos de Céos | Gorgias | Les atomistes | Leucippe | Démocrite | Critias